Prendre soin de sa peau

Comment protéger sa peau du soleil en ville ?

Ah la protection solaire… Vaste débat, sujet récurrent dès le printemps et très controversé. Et chaque année la même question qui revient : est-ce que je dois appliquer crème de soin + crème solaire ? Ou un seul produit peut-il faire les deux ? 

La protection naturelle de la peau

Tout d’abord, et avant de parler produits et crèmes, revenons à la base, comme toujours chez Lodesse, pour regarder ce que fait la peau pour se protéger naturellement du soleil.

Tandis que les animaux se protègent des rayons solaires grâce aux poils, chez l’homme deux phénomènes cutanés constituent une protection naturelle :

  • la production de mélanine, c’est à dire le « bronzage »
  • l’épaississement

Si l’augmentation de la pigmentation est bien connue, l’épaississement de la couche cornée l’est moins. Avez-vous remarqué qu’au sortir de l’hiver, si vous mettez des chaussures d’été, vous aurez vite des cloques tellement la peau est fine ? Tandis que plus tard dans l’été, la peau ayant épaissi, vous pouvez mettre vos sandales à talons sans avoir d’ampoules.

C’est également pour cette raison physiologique que les peelings chez les dermatos ne sont pas conseillés en été car, en affinant la couche cornée, ils retirent de la protection solaire naturelle à la peau.

Une bonne protection solaire doit donc suivre cette logique : elle doit plutôt augmenter l’épaisseur de la couche cornée, rester en surface.

Crème de soin + solaire ou crème de jour avec SPF ?

Un bon soin de jour doit pénétrer en profondeur pour nourrir, apporter des nutriments au-delà de la couche cornée, inerte et nettoyée quotidiennement. Il doit également apporter des antioxydants pour lutter contre les radicaux libres induits par les UV entre autres. Bref il doit agir dans les couches profondes. Tandis qu’un bon solaire doit plutôt agir en surface.

Les crèmes de jour qui incluent une protection solaire contiennent souvent les mêmes filtres chimiques que les crèmes solaires. Et revendiquent une action anti-rides / anti-âge grâce à ces filtres solaires. Autant acheter une crème solaire, moins chère avec les mêmes composants !

L’idéal si vous voulez avoir une protection solaire en ville et même au soleil, ce serait un produit de soin qui pénètre bien. Et une protection solaire qui resterait très en surface, pour bien protéger, en rajoutant de l’épaisseur. Donc deux produits distincts.

Quel type de solaire choisir en ville ?

Sur le marché, on trouve deux types de filtres solaires :

  • soit des filtres chimiques qui vont absorber et décomposer les rayons UV dans la peau
  • soit des filtres minéraux qui vont agir comme un miroir posé sur la peau pour réfléchir les rayons du soleil

Les filtres UV de synthèse « transforment » la lumière. Ils agissent sur et dans la peau par des réactions dont les effets secondaires ne sont pas toujours positifs : allergies, perturbations hormonales. S’ils sont nocifs pour les coraux, on peut difficilement imaginer qu’ils ne le soient pas pour la peau. Ils n’ont bien sûr pas la préférence de Lodesse.

Les meilleurs filtres solaires pour la ville seraient donc les poudres minérales réflectrices car elles contiennent des particules de mica, titanium etc. et protègent tout en embellissant.

Et tout ce qui peut épaissir (sans étouffer bien sûr !) : fonds de teint, BB cream, autant de produits qui indiquent souvent un SPF de 15.

Et dessous un Soin Seconde Peau LODESSE : leurs composants bio-compatibles sont instinctivement reconnus et assimilés par la peau et leur permettent de pénétrer en profondeur (tests de pénétration comparatifs à l’appui). Ils nourrissent et réparent sur-mesure : c’est votre peau qui puise en fonction de ses besoins.

On nous rebat avec la protection solaire, mais la lumière est indispensable à notre organisme et ce qui est nocif, c’est de griller au soleil pendant des heures. Mais être dehors, à l’ombre, sous les branches des arbres qui filtrent les rayons n’a jamais fait de mal à personne.

On diabolise beaucoup le soleil, il faut savoir raison garder. Le problème c’est que l’on ne voit pas les immédiatement les dégâts occasionnés par les filtres solaires chimiques tandis que l’on voit très vite les dégâts occasionnés par le soleil.

Bref, pour celles qui veulent se protéger du soleil :

  • les filtres minéraux de préférence / respectueux de l’environnement
  • ou un chapeau, écharpe, manches longues et légères
Prendre soin de sa peau

Le peeling, le roi de l’anti-âge

Extrait de « La Beauté dans la peau » – Dr Max Santoul

« Ils représentent ce qu’il y a de plus abouti dans les gestes peu ou pas invasifs pour obtenir un rajeunissement cutané indéniable. Leur mécanisme procède par relance de l’activité cellulaire et entraînement à renforcer les défenses naturelles. Les meilleurs agissent par répétition et sur le long terme.

La plupart des peelings efficaces procèdent par coagulation des protéines qui sollicite une rénovation réparatrice. S’y ajoute une synthèse de collagène, d’acide hyaluronique et des constituants de la matrice intercellulaire de structure (protéoglycanes). C’est de cette régénération que l’effet rajeunissant découle. Il s’agit bien d’une nouvelle peau qui va naître.

Ils sont dits superficiels, moyens ou profonds selon qu’ils se limitent à l’épiderme granuleux, plongent à peine dans les crêtes épidermiques ou entament le derme papillaire. Au-delà, les cellules basales disparaissent et le peeling devient équivalent à une plaie qui ne peut plus cicatriser de façon élégante. A ce stade on se rapproche d’une brûlure mais il ne faut pas les confondre : alors que la brûle détruit les protéines vivantes des premières couches cutanées, les peelings s’attaquent aux protéines kératinisées de la couche épidermique. La brûlure entraîne une plasmorragie (écoulement de lymphe) alors que le peeling reste sec. S’ensuit une conséquence de taille : quand la brûlure provoque des croûtes (dont la chute peut laisser des cicatrices), le peeling entraîne des squames (qui se détachent sans la moindre trace).

Quel peeling faire ? Le mieux est de s’en remettre à la technique de l’intervenant. Souvent il y aura des formes et des associations combinées, le tout étant de renouveler le capital cellulaire pour lui donner des capacités « d’oubli » du stress oxydatif et augmenter les pouvoirs plastiques du derme par synthèse nouvelle de sa substance fondamentale et de son maillage fibrillaire.

Après de nombreuses années d’observation et d’utilisation, force est de constater qu’un peeling adapté est le roi des gestes de la quête cosmétique. »

L'univers des cosmétiques

Cosmétiques : avec ou sans parfum ?

L’odorat, un sens à part

Ce qui différencie l’odorat de nos autres sens, c’est qu’il est le seul organe de nos sens relié directement au cerveau. L’odorat, contrairement aux autres systèmes sensoriels, envoie son message directement à la partie inconsciente du cerveau. Le message nerveux olfactif pénètre d’abord dans le cerveau ancien, le cerveau reptilien, instinctif. Ensuite, dans le cerveau moyen, qui est lié aux émotions et à la mémoire. Ces deux parties du cerveau sont des parties inconscientes.

Ce n’est que par la suite que le message nerveux parvient à la partie cognitive, consciente du cerveau. Et le système sensoriel-olfactif est le seul à avoir accès à la partie inconsciente du cerveau.

C’est pourquoi notre premier geste est de mettre notre nez dans un cosmétique pour le « renifler » et savoir s’il va nous plaire, avant même de l’essayer sur notre peau. Comme nous le faisons avec une personne que nous sentons ou pas. Comme un animal renifle pour « se faire une idée ».

Qu’une peau exhale une douce senteur melliflue ou au contraire sente le oud puissant et nous nous sentons attirés, envoûtés, transportés, comme Laetitia Casta fantasmant dans dans l’ascenceur pour un parfum extatique.

Cosmétiques avec ou sans parfum ?

L’avantage du « sans parfum » c’est de minimiser les risques d’allergies. Mais les produits sont alors beaucoup moins féminins, beaucoup moins sensoriels, plus médicaux, plus neutres. Le parfum crée le lien, il participe de la féminité. Lodesse en sait quelque chose car première version de la gamme était sans parfum. Or compte tenu des odeurs de base très très végétales et très fortes des matières utilisées, les maris n’étaient pas très contents.

« Pour faire vibrer les cordes du cœur, les odeurs sont plus sûres que ce que l’on voit ou ce que l’on entend. » Rudyard Kipling

Le problème des allergies aux parfums, c’est que aujourd’hui tout est parfumé : la lessive, le savon pour la vaisselle, les produits d’entretien, l’air etc. Surexposés aux molécules olfactives, nos organismes fissent par saturer et développer des allergies.

Il a moyen de réduire les risques d’allergies en utilisant des parfums avec le moins de molécules allergisantes possible. Cela réduit certes la palette olfactive mais laisse encore de larges possibilités.

Parfums conventionnels ou Huiles Essentielles ?

Dans les cosmétiques, il y a deux grands types de façon de parfumer, soit avec des huiles essentielles (HE), soit avec des parfums « conventionnels » incluant un certain nombre de molécules de synthèse.

Le « bio » est beaucoup venu remettre en question la parfumerie conventionnelle. A juste titre ?

Certaines fleurs et plantes refusent obstinément de laisser capturer leur parfum, que ce soit par extraction ou par distillation. Elles sont « muettes ». Elles sont d’ailleurs si nombreuses à être muettes qu’il est plus rapide de parler de celles qui laissent capter leur parfum : rose, jasmin, tubéreuse, Ylang, fleur d’Oranger, Magnolia, Mimosa, Narcisse, jonquille, feuille de Violette, Lavande, feuille de Géranium. Et c’est à peu près tout !

Les molécules de synthèse ont fait exploser le potentiel expressif de la parfumerie, en ajoutant de multiples touches à l’orgue du parfumeur. Sans les molécules de synthèse, plus de notes aquatiques ni gourmandes. Les molécules de synthèse permettent la fantaisie, l’humour et de laisser aller son imaginaire presque sans limite.

Pour un parfumeur, il n’y a pas de hiérarchie entre les molécules de synthèse ou les molécules naturelles. Certaines molécules de synthèse sont bien plus chères que les molécules naturelles les plus précieuses que sont l’iris rare ou le beau jasmin.

En bio, les labels cosmétiques n’acceptent que les Huiles Essentielles pour parfumer et pas les molécules de synthèse.

Les HE sont des molécules odorantes extraites des plantes par distillation et particulièrement puissantes, à telle enseigne qu’elles sont utilisées en aroma-thérapie. Elles ont des vertus curatives, stimulantes, anti-bactériennes, anti-fongiques, etc. Pour être choisies, utilisées et dosées à bon escient, elles exigent de parfaites connaissances en aromathérapie.

Idéalement, elles devraient faire l’objet de prescription ou du moins d’une personnalisation (en fonction de la saison, du terrain, etc.). C’est leur utilisation de plus en plus répandue qui concoure fortement à l’augmentation des allergies aux parfums.

Elles présentent en outre l’inconvénient de ne pas pouvoir s’appliquer sur le contour des yeux et ne sont pas recommandées aux femmes enceintes.

Toutes ces raisons ont fait que Lodesse a choisi d’utiliser des parfums « conventionnels » pour ses produits et non pas des huiles essentielles. Tout en limitant les allergènes présents dans ces parfums. Pour continuer à sentir bon, à vous sentir bien, féminine,

L'univers des cosmétiques

Toutes les clés pour bien choisir votre crème à l’acide hyaluronique

L’usage de l’acide Hyaluronique est de plus en plus généralisé en cosmétique, en raison d’une véritable action, bien documentée, sur l’hydratation et la biostimulation. Substance biomimétique (identique à celle(s) de l’organisme) et biocompatible (amicale avec la peau), Lodesse l’utilise également. Face à l’offre devenue pléthorique, comment s’y reconnaître ?

Une substance naturellement présente dans l’organisme et notamment dans la peau

L’acide hyaluronique est présent de manière tout à fait naturelle dans beaucoup de tissus et liquides de l’organisme. On le trouve, par exemple, dans l’humeur vitrée de l’œil et dans le liquide synovial des articulations. Il est ainsi utilisé en chirurgie ophtalmologique et dans le traitement de l’arthrose du genou.

Mais la peau, au niveau du derme, en est le réservoir le plus important du corps.

Quels sont les bienfaits de l’acide hyaluronique au niveau de la peau ?

  • Il retient fortement l’eau dans les tissus, comme une éponge.
  • Il joue un rôle important dans la cicatrisation de la peau et sa réparation.
  • Il joue un rôle dans la protection contre les rayons UV. Il forme un tissu de soutien et constitue un réservoir d’eau. Il participe de l’aspect lisse et bombé de la peau et de sa tonicité. De ce fait, la peau se dessèche, se fragilise, et les premières rides apparaissent.

Quel est son rôle en cosmétique ?

Il est maintenant très largement documenté, étudié et reconnu. D’où son usage largement répandu en cosmétique.

Comment reconnaître un cosmétique à l’acide hyaluronique de qualité ?

Trois facteurs importants en déterminent la qualité et donc l’efficacité :

  • La taille des molécules
  • La concentration
  • Le reste de la formule

1. La taille des molécules (qui s’exprime en daltons)

Plus la molécule d’acide hyaluronique est petite, fractionnée, (on parle de «  poids moléculaire faible »), plus elle va pénétrer facilement pour hydrater en profondeur et durablement. Les cosmétiques auront donc un effet hydratant et comblant. Ils rendent la peau plus souple, tonique et estompent les rides.

Plus les molécules sont grosses, plus elles restent en surface et forment un film protecteur contre les agents extérieurs environnementaux. Elles jouent également un rôle d’éponge pour empêcher l’eau de s’évaporer. Les cosmétiques auront un effet combleur et protecteur qui disparaîtra avec le nettoyage.

Aujourd’hui, les marques de cosmétiques communiquent souvent sur le poids moléculaire de l’acide hyaluronique qu’elles utilisent et l’information est donc souvent disponible.

Elles conjuguent parfois des acides hyaluroniques de faible poids moléculaire avec des acides hyaluroniques de haut poids moléculaire.

Chez Lodesse, nous avons réalisé des tests comparatifs avec de l’acide hyaluronique à très faible poids moléculaire et à très haut poids moléculaire, pur.

Dans le premier cas, les molécules pénètrent véritablement et « repulpent » la peau en profondeur pour une hydratation longue durée.

Dans le second cas, elles restent en surface et « collent » à la peau puis partent avec un lavage à l’eau. Notre préférence va donc très largement à l’acide hyaluronique de très faible poids moléculaire.

2. La concentration

Les fournisseurs de la matière première préconisent des dosages entre 0,1 et 0,5%.

Chez Lodesse, nous avons choisi de le doser à 0,7 % pour une efficacité accrue.

Lorsqu’une marque vous indique par exemple 1 % d’acide hyaluronique, c’est qu’elle combine faible et fort poids moléculaire.

Un critère très simple est le prix du produit : l’acide hyaluronique est l’un des ingrédients cosmétiques les plus chers. Non pas parce qu’il est difficile ou coûteux à produire (il est produit par génie biologique largement maîtrisé). Il est cher parce qu’il est efficace, qu’il est à la mode et que c’est une poule aux œufs d’or pour les fabricants (y compris dans sa version injectable).

L’acide hyaluronique à haut poids moléculaire coûte environ 900 € / kg, celui à très faible poids moléculaire environ 1500 € / kg ! Il augmente donc considérablement le prix de revient d’une formule. Donc une crème vendue 20-25 € a malheureusement peu de chances d’en contenir beaucoup d’un faible poids moléculaire.

Si la marque ne communique pas sur la concentration utilisée, il faudra alors regarder à quel niveau dans l’INCI (= la liste des ingrédients) il se situe. Son nom technique est SODIUM HYALURONATE et c’est donc ce qu’il vous faudra chercher dans la liste. Plus il se trouvera au milieu de la liste, plus vous aurez de chances qu’il y en ait une concentration suffisante. S’il arrive à la fin, ce n’est pas très bon signe. Mais ce n’est pas le meilleur critère, car il y a des moyens de « tricher ».

3. Le reste de la formule

Des études ont montré que les formules plus riches en eau étaient les plus adaptées à l’utilisation de l’acide hyaluronique par la peau et permettaient une meilleure pénétration. Quand la science rejoint le bon sens …

Donc une crème riche avec de l’acide hyaluronique ne va pas vraiment permettre de faire pénétrer les molécules d’acide hyaluronique en profondeur (d’autant moins que les molécules seront grosses).

Chez LODESSE où nous utilisons l’acide hyaluronique dans l’Emulsion Seconde Peau n°0 avec une phase grasse volontairement limitée, nous en avons amélioré la pénétration grâce à un vecteur puissant : les phospholipides.

L'univers des cosmétiques

Comment choisir son démaquillant ?

S’il est indispensable de nettoyer et de démaquiller sa peau, l’écueil consiste souvent à trop en faire et à la décaper. Une peau sale étouffe, s’encrasse et finit par faire des boutons. Une peau décapée n’est plus assez protégée et finit par être sensible, réactive, faire des rougeurs.

Une belle peau saine commence par une bonne hygiène

Même si vous ne vous maquillez pas ou très peu, faire peau nette le soir est indispensable. Pour plusieurs raisons :

  • La peau du visage et du cou est constamment en contact avec l’extérieur et se salit rapidement : poussières, particules métalliques volatiles et autres polluants de ville, résidus de produits de soin, débris cellulaires…
  • Les SPF des crèmes peuvent être irritants s’ils ne sont pas retirés ; les poudres et pigments des fards entravent la respiration…
  • C’est la nuit que la peau travaille à sa réparation, à sa régénération et, pour cela, elle doit être propre pour travailler efficacement.
  • Ces salissures sont hydro ou liposolubles : elles devront donc être retirées avec de l’eau ET avec du gras. C’est important à retenir pour la suite.

Mais attention à ne pas pour autant décaper votre peau, erreur tout aussi néfaste que de ne pas la nettoyer

L’un des outils de votre peau pour se protéger, c’est son film hydrolipidique. Si ce film est intact, votre peau aura plus de chances d’être belle, saine et résistante.

C’est un cocktail chimique complexe composé d’eau (sécrétée par les glandes sudoripares) et de graisse (sécrétée par les glandes sébacées) et d’une importance majeure.

Il participe à la cohésion de la couche cornée, au maintien de l’hydratation de l’épiderme, à la photoprotection externe et possède une activité bactéricide et antifongique.

Sa légère acidité empêche les infections et maintient votre épiderme en bonne santé.

Petite revue des types de démaquillants les plus courants.

Les savons et nettoyants moussant à l’eau

Ils ne sont pas du tout adaptés au film hydrolipidique cutané.

Les savons habituels sont conçus pour agir sur le gras, le dissoudre et « nettoyer » la peau comme du liquide vaisselle pour une casserole. Le savon modifie le pH de la peau qui devient alcalin : pH entre 9 et 11. Les savons souvent trop détersifs et vont, au sens propre, décaper la peau, provoquer des perturbations de cet écosystème en éliminant le film hydrolipidique. La peau n’étant alors plus protégée efficacement, elle devient alors perméable et sensible à toutes les agressions et à la déshydratation. C’est la sensation de peau qui tire et qui appelle à mettre derrière beaucoup de crème.

Deux exceptions : les savons en saponification à froid qui ont conservé la glycérine, et en été pour ôter la crème solaire qui s’accroche à la peau.

Les eaux micellaires

Les micelles sont tout simplement de toutes petites molécules (des micelles) en suspension dans de l’eau. Dans ces produits démaquillants, il s’agit de tensioactifs qui sont en suspension.

Un tensioactif permet de lier entre elles des molécules qui normalement se repoussent, comme l’eau et le gras. Dans le cas des eaux micellaires, les tensioactifs en suspension vont « accrocher » le maquillage (composé de gras) mais aussi d’autres gras de la peau, notamment le sébum du film hydrolipidique. C’est pourquoi elles peuvent assécher à la longue.

Le problème des tensioactifs est qu’ils peuvent rendre la peau plus perméable (comme les savons). La qualité d’une eau micellaire va beaucoup dépendre de la qualité et de la douceur du tensioactif utilisé : un tensioactif doux et respectueux est souvent … cher.

Les tensioactifs vont certes démaquiller mais il y en a très peu dans les eaux micellaires : beaucoup de produit s’avère nécessaire pour se démaquiller entièrement. Et le maquillage waterproof y résiste souvent.

Elles sont appréciées des personnes qui aiment mettre de l’eau sur leur peau pour se sentir propres, sans les inconvénients du calcaire de l’eau du robinet. Mais peuvent dessécher voire décaper selon leur qualité.

Les laits démaquillants

Le lait démaquillant est un mélange d’huile et d’eau. Le lait détache les squames, apporte de l’émollience, et en principe respecte le film hydrolipidique. Avec un lait, il est plus facile de régler le pH de l’émulsion pour qu’elle soit proche du pH de la peau.

C’est le couple de base (lait + tonique) du démaquillage. Rien à dire dessus : c’est un parfait duo qui a largement fait ses preuves.

Si ce n’est qu’encore une fois, c’est la qualité des ingrédients qui fait la différence.

Les huiles démaquillantes

Ce sont les plus anciens produits de démaquillage-nettoyage, les plus simples et les plus naturels. Le gras est un excellent solvant, il se glisse sous le maquillage, décolle les impuretés. Toujours à compléter avec une lotion sur un coton pour retirer les particules hydrosolubles et l’excès de gras. Leur intérêt, c’est aussi le bienfaisant massage qui les accompagne : il améliore la microcirculation, donc la nutrition et l’oxygénation cellulaires.

Huile de Jojoba, huile de coco, huile d’olive sont d’excellentes huiles toutes simples pour se démaquiller. Les huiles démaquillantes modernes quant à elles sont cependant souvent modifiées pour pouvoir s’émulsionner à l’eau et ne pas laisser de film gras. Elles sont aussi souvent composées d’huiles végétales fractionnées (dites huiles sèches). Elles en deviennent moins nourrissantes et plus décapantes qu’une huile végétale. Certaines contiennent en outre des huiles minérales qui risquent à la longue d’encrasser les pores.

En se nettoyant et démaquillant « proprement », c’est à dire en respectant l’écosystème cutané et non en décapant la peau, celle-ci gagne en confort et la peau a moins besoin de produits de soin. Cela rend également les produits cosmétiques appliqués après plus efficaces. En résumé, investir dans un bon démaquillage, c’est faire des économies sur ses produits de soin.

L'univers des cosmétiques

Huiles hydrogénées, sèches, estérifiées, qu’apportent-elles à la peau ?

Dans les cosmétiques, les huiles hydrogénées, estérifiées ou les huiles dites « sèches » sont très très largement utilisées. Pour quel bénéfice ?

Repérer les huiles hydrogénées

C’est quoi ?

La grande majorité des huiles (végétales ou synthétiques) sont liquides à température ambiante. Or pour élaborer leurs produits, les industriels ont souvent besoin de corps gras plus visqueux. En extrayant des huiles végétales à haute température pour augmenter les rendements – au détriment de la qualité – les industriels se sont aperçus que les huiles qui en résultaient étaient moins liquides.

Ce changement étant dû à une réaction appelée hydrogénation. De liquide à température ambiante, une huile devient (semi-)solide une fois hydrogénée. C’est exactement sur ce principe que l’on fabrique la margarine, qui est ainsi une sorte d’huile végétale solidifiée.

Quel intérêt pour les fabricants ?

Elles sont beaucoup moins chères que des huiles végétales et plus stables par rapport à l’oxydation.

Quel intérêt pour votre peau ?

Ces huiles ont perdu leurs propriétés cosmétiques car elles n’interagissent plus avec l’épiderme. Elles peuvent même avoir un effet pro-inflammatoire.

Comment les repérer ?

Des centaines d’huiles hydrogénées différentes sont utilisées en cosmétique, mais d’une façon générale vous pouvez les repérer par des mots tels que : HYDROGENATED ou DIHYDROGENATED ou BIS-DIHYDROGENATED ou PEG (nombre)-HYDROGENATED ou encore SQUALANE (= SQUALENE hydrogéné).

Que font les labels bio ?

Les labels bio autorisent malheureusement pour la plupart l’utilisation des huiles hydrogénées. Seul le label allemand Natrue limite à 15% (ce qui est déjà beaucoup !) le pourcentage d’huiles estérifiées et hydrogénées dans les crèmes. Rien en revanche de Cosmébio, le plus répandu des labels français, ni du nouveau label Européen Cosmos.

Repérer les huiles estérifiées

C’est quoi ?

Les huiles estérifiées proviennent de deux transformations successives des huiles végétales :

  • La première consiste à casser les principaux composants d’une huile végétale (triglycérides).
  • La seconde, à recombiner les molécules résultantes (acides gras) avec des molécules étrangères aux huiles végétales (alcools naturels ou d’origine pétrochimique).

Quel intérêt pour les fabricants ?

Elles ont un toucher plus sec, moins « gras » que les huiles végétales et sont inodores et incolores. Elles sont aussi plus stables car elles ne rancissent pas. Et sont donc sans vie…

L’estérification a aussi pour effet d’augmenter le volume de l’huile, et donc de remplir artificiellement votre crème, à moindre coût.

Quel intérêt pour votre peau ?

Ce sont au final des huiles « synthétiques » et leur qualité est souvent remise en question en raison de la perte de matières actives présentes naturellement dans les huiles végétales pures. Elles sont appauvries et ne contiennent plus les précieux ingrédients que sont les omégas, les vitamines, les stérols etc. qui font la richesse et l’intérêt des huiles végétales.

Elles sont moins nutritives, plus synthétiques. Leur soi-disant plus c’est leur toucher non gras et non collant. Mais qui a dit qu’une huile végétale devait être grasse et collante ?

Où l’on rejoint la problématique de l’huile de palme

L’huile végétale la plus utilisée pour fabriquer les huiles estérifiées est l’huile de palme, responsable d’une déforestation massive des forêts primaires d’Asie du Sud-Est… Sans commentaire …

Comment les repérer ?

  • Caprylic Capric Triglyceride

  • Coco Caprylate Caprate

  • Oleyl Erucate

  • Oleyl Linoleate

  • Decyl Oleate
  • Dicaprylyl Ether (éther)

  • Octyldodecanol (éther)

Que font les labels bio ?

Idem que pour les huiles hydrogénées : les labels bio autorisent malheureusement pour la plupart l’utilisation des huiles estérifiées.

Repérer les huiles fractionnées ou sèches

C’est quoi ?

Il s’agit d’une fraction isolée de l’huile de coco, connue sous le nom de triglycérides (catégorie de lipides).

Quel intérêt pour les fabricants ?

Huile stable – idem qu’une huile estérifiée mais plus naturelle

Quel intérêt pour votre peau ?

Sa texture est très fine et pénétrante. Elles ne contiennent en revanche plus aucun acide gras insaturé (les fameux omégas 3 et 6 par exemple), si utiles pour notre peau. Il y a pire mais il y a largement mieux !

Comment les repérer ?

  • caprilic/capric triglyceride/ (huile de coco fractionnée)

Repérer les huiles végétales de qualité

Faire le choix d’acheter un produit de qualité, c’est valoriser l’utilisation d’une association d’huile et de beurre végétaux non transformés : vous disposez d’un actif cosmétique de qualité, dont les vertus agissent en osmose avec votre peau.

Car Non ! les huiles végétales ne sont pas forcément toutes grasses et difficiles à appliquer !

Une bonne formulation concentrée, du bon sens, l’utilisation de moins de produits, plus de simplicité, la fin du pétrole et votre peau vous le montrera. Misez sur l’authenticité, la liste INCI et une communication transparente et claire de la marque.

Prendre soin de sa peau

L’eau du robinet fragilise votre peau et vos cheveux, pourquoi ?

Vous êtes nombreuses à nous dire : je ne peux pas me passer d’eau pour me sentir propre. Et pourtant vous ne lui rendez pas service. Si votre peau démange et tiraille ensuite dans la journée, c’est en partie à cause de l’eau !

Le chlore présent dans l’eau du robinet

Le chlore ajouté dans l’eau pour la traiter et dont l’action nocive est amplifiée par la présence de calcaire.

Notre eau de consommation (et donc de douche) est largement chlorée pour éviter le risque de prolifération bactérienne. Or le chlore est un agent biocide toxique dont les effets secondaires sont nombreux.

Pour les comprendre, il faut savoir que l’effet bactéricide du chlore est lié à son caractère oxydant. Cela signifie que lorsque l’on introduit une substance oxydante dans l’eau, celle-ci aura tendance à capter les électrons disponibles dans cette substance. On constate facilement ce phénomène avec du métal mais c’est la même chose avec un organisme vivant et notamment avec la peau.

Les effets du chlore sur la peau et les cheveux

Le chlore va ainsi agir sur en détruisant les protéines de la peau et des cheveux. Son rôle de barrière n’étant plus assuré, elle devient alors perméable, fragilisée, donc facilement irritée, s’assèche, etc. 
Les irritations et démangeaisons peuvent à la longue se transformer en eczémas et s’installer pour longtemps.

Outre cette action oxydante, le chlore détruit les bactéries présentes à la surface de la peau. Or ces bactéries participent de l’équilibre de la flore microbienne de surface et jouent un rôle important pour la santé de la peau. Lorsqu’elles disparaissent ou diminuent, la peau est moins protégée. Par ailleurs, sous l’eau chaude, les pores se dilatent et absorbent davantage les substances toxiques.

Les solutions pour réduire l’exposition au chlore au quotidien

  • L’une des premières solutions est d’ajouter un filtre à chlore et calcaire sur sa douche. Il en existe de nombreux sur le marché.
  • Ne pas prendre de douches ou de bains trop chauds et prolongés.
  • Utiliser du vinaigre en rinçage qui va neutraliser le calcaire.
  • Alterner douches et frictions au gant de crin (il fait la peau très douce).

En revanche si vous partez en vacances et que vous sentez que l’eau y est douce, exempte de calcaire et de chlore, profitez-en ! d’ailleurs vous n’avez pas constaté que votre peau est souvent plus belle et plus douce quand l’eau du lieu de vacances est douce et peu traitée ?

Prendre soin de sa peau

Comment prendre soin de ma peau le soir ?

Si se nettoyer le visage le soir est un geste naturel et spontané, nous ne savons pas toujours quoi faire après pour bien faire. Faut-il mettre de la crème ? Riche ou légère ? Un sérum ? Un gommage ?

Or la nuit est un moment très important pour la peau. Suivez notre guide des bons gestes.

Jour / nuit, y a-t-il une différence pour la peau ?

La première différence, c’est que dans la journée la peau est soumise à de multiples « agressions » auxquelles elle n’est pas soumise la nuit : variations de température entre l’intérieur et l’extérieur, vent, pollution, rayonnement solaire, tensions musculaires, etc.

Mais au-delà de l’activité diurne qui influe sur la peau, y a-t-il une chronobiologie spécifique de la peau ? La réponse est oui.
Prenons par exemple la sécrétion du sébum : elle est importante le matin, atteint son maximum à midi et est beaucoup plus faible le reste de la journée. Si en fin de matinée vous trouvez votre peau plus luisante, c’et donc tout à fait normal ! Ensuite la peau devient plus sèche en fin de journée et la nuit.

La division cellulaire quant à elle, c’est à dire le renouvellement des cellules de la peau, est à son maximum à 1h du matin. La peau continue de travailler durant la nuit.

Autre élément de différence entre le jour et la nuit, c’est la perte insensible en eau, notamment au niveau de la tête, qui est plus importante la nuit.

Que mettre sur sa peau la nuit ?

Puisque la peau est plus sèche en fin de journée et la nuit, le mieux est donc d’utiliser des soins riches et protecteurs le soir qui vont nourrir la peau, empêcher la déshydratation nocturne liée à la perte insensible en eau, pour éviter de retrouver au matin une peau déshydratée et marquée.

Si certaines marques conseillent de ne rien mettre du tout sur sa peau la nuit, cela peut être valable pour une peau jeune, mixte, l’été etc. Mais une peau sèche ou déshydratée (ce qui est souvent lié) ne sera pas moins sèche si elle ne reçoit rien la nuit, au contraire.

Puisque la division cellulaire est plus importante la nuit, ce sera le moment pour appliquer des soins stimulants qui aideront à un renouvellement de qualité : des soins au rétinol par exemple pour stimuler épiderme et derme, ou soins éclaircissants, dépigmentants.

En résumé : le duo gagnant du soir, c’est nutrition et stimulation.

Une bonne nuit de sommeil, c’est le meilleur anti-âge

Les fêtards invétérés comme les jeunes parents le savent, aucune crème miracle ne vaut une bonne nuit de sommeil. Que ce soit après une nuit festive ou après une nuit passée à se retourner dans son lit, le verdict est le même au petit matin : teint terne, peau déshydratée, relâchée, petits boutons… notre peau fait grise mine.

Les grands-mères le savaient déjà et les scientifiques l’ont confirmé : pour avoir une belle peau, il faut dormir. Des études ont en effet confirmé ce constat empirique : les femmes avec des troubles du sommeil ont montré des signes de vieillissement prématuré de la peau et une plus faible capacité de la peau à se régénérer après une exposition au soleil. Or plus nous vieillissons, plus notre peau accusera le manque de sommeil.

Pour des nuits réparatrices et une belle peau au réveil, couchez-vous à heures fixes y compris le week-end, pas trop tard (22-23h idéalement) et dormez suffisamment. Des nuits trop courtes trop souvent et c’est la peau qui prend.

Lodesse vous apporte des soins dont les différentes richesses de nutrition s’adaptent à votre besoin, qui s’utilisent autant le jour que la nuit : protecteurs le jour et gorgés d’antioxydants, réparateurs la nuit. Vous dosez simplement la quantité de produit plus ou moins nécessaire. Et aussi des soins qui se massent pour vous détendre et mieux dormir.

Par ailleurs, la température corporelle évolue également en fonction du temps : elle est à son maximum à 17h et à son minimum à 6h.

Le mieux : s’écouter, écouter sa peau et pas les dictats

Nous sommes tellement déconnectés de notre corps et de nous-mêmes qu’il nous faut souvent aller chercher les conseils de spécialistes en nutrition, en beauté etc. pour savoir quoi donner à notre corps.

Il faut donc manger 5 fruits et légumes par jour, il faut manger des baies de goji pour les antioxydants, faire des cures détox, faire attention à l’équilibre acido-basique, manger des protéines mais pas trop, du bon gras, un ratio oméga 3/oméga 6 de 1/5, attention au lactose des produits laitiers, attention au gluten, manger des fruits de mer pour le zinc et l’iode etc. etc. etc.

Pour la peau, nous sommes souvent pris entre les discours des marques qui varient entre : ne rien mettre, mettre une crème spéciale de nuit, faire un traitement anti-âge, … 

Normalement, c’est tout simplement notre ressenti qui devrait nous guider : est-ce que ma peau tire, est-ce que j’éprouve l’envie de la cocooner (et moi aussi) avant d’aller dormir, est-ce qu’elle est fatiguée et ne répondra pas bien à une stimulation ?

En conclusion : Bien dormir, s’écouter, mettre des bons produits nourrissants si votre peau en éprouve le besoin, profiter de la nuit pour stimuler.

L'univers des cosmétiques

Les huiles minérales sont-elles bonnes pour ma peau ?

Tout comme pour l’alimentation il y a le « bon gras » (les omégas 3, 6, 9 par ex.) et le « mauvais gras » (les acides gras saturés et trans-), pour la peau il y a des lipides qui rendent la peau plus belle, plus souple, plus confortable et d’autres qui font tout le contraire. Les huiles minérales sont très très largement utilisées en cosmétique (soin et maquillage). Pour quels bénéfices ?

Les huiles minérales qu’est-ce que c’est ?

Les huiles minérales sont extraites à l’aide de solvants très nocifs à partir du pétrole et sont composées de chaînes carbonées, sans aucune molécule d’oxygène (c’est important). Contrairement à ce que leur nom pourrait laisser penser, elles ne contiennent pas de minéraux ou substance nutritive. Ce sont des matières inertes.

Dans quel produit les trouve-t-on ?

Partout ! mais surtout en (para)pharmacie et en maquillage. Elles sont utilisées quasi-systématiquement pour les baumes lèvres, le maquillage (rouges à lèvres, bases de maquillage, fonds de teint, poudres et fards), les produits pour les cheveux, et dans la plupart des « préparations pharmaceutiques » à destination des peaux très sèches, squameuses ou eczémateuses.
Ce sont des ingrédients classiques en dermo-cosmétique officinale, utilisés depuis les débuts de la formulation en officine comme excipient de base. Il existe d’ailleurs à destination des laboratoires de dermo-cosmétique, beaucoup de pommades prêtes à l’emploi à base d’huile minérale, dans lesquelles il suffit d’ajouter quelques ingrédients et/ou actifs pour avoir un produit prêt à la vente.
Mais on les trouve aussi souvent, trop souvent, en cosmétique conventionnelle, dans des produits bon marché comme dans des produits vendus très (trop ?) chers.

Comment les repérer ?

Dans l’INCI, cherchez les noms suivants : Paraffinum liquidum – Paraffin – Petrolatum – Cera microcristallina – Synthetic wax – Ceresin – Polyisobutene – Isododecane – Isohexadecane – Ozokerite

Quel intérêt pour les fabriquants ?

Ces sont des huiles stables. Contrairement à une huile végétale qui est sensible à l’oxydation, l’huile minérale ne rancit jamais, puisqu’elle est inerte et ne contient pas d’acides gras ni de vitamines. Elle permet ainsi l’élaboration de produits très stables dans le temps, sans avoir besoin d’antioxydants.

Ces sont des huiles très bon marché. Ce sont les moins chères de tous les corps gras, étant souvent issues des déchets de l’industrie pétrolière. A titre de comparaison, une huile végétale basique, non bio, coûte environ 10 fois plus cher.
Ce sont des huiles occlusives. Elles permettent d’isoler le support concerné (peau, cheveu) de l’air et de l’humidité. Elles sont donc hydratantes (en théorie) par effet indirect, puisqu’elles vont empêcher l’évaporation de l’eau. On les retrouve ainsi dans beaucoup de préparations pharmaceutiques destinées aux peaux très sèches, squameuses ou eczémateuses.
Ces sont des huiles hypoallergéniques. Elle n’interagissent pas avec la peau et limitent le risque de réaction cutanée, d’où leur usage répandu en pharmacie.

Quel intérêt pour votre peau ?

Si vous n’avez pas une peau eczémateuse ou sujette à psoriasis chronique, aucun ! Et encore, pour ces peaux-là, il y a beaucoup mieux chez les végétaux.
Elles ne sont pas biocompatibles (assimilables par la peau). Les huiles minérales ne peuvent pas être absorbées par la peau car elles sont composées de chaînes d’hydrocarbures sans atomes d’oxygène qui ne peuvent être métabolisées par l’organisme. C’est un ingrédient « inerte ».

Elles étouffent la peau. Elles restent à la surface de la peau sans pénétrer. Ce faisant, elles piègent les toxines et les déchets et bouchent les pores. La sécrétion de sueur est empêchée et la respiration naturelle de la peau entravée. Or la peau est l’un des 5 émonctoires principaux de l’organisme (= organe chargé de traiter et d’évacuer les déchets) et il est donc fondamental de laisser la peau respirer. Ceci est très vrai dans les produits de maquillage du teint où elles causent souvent des boutons, mais aussi dans les produits capillaires qui vont causer des folliculites et contrecarrer l’écoulement du sébum sur les longueurs, d’où une sécheresse accrue des cheveux malgré un apport conséquent de gras via ces pommades à l’huile minérale.
Elles … déshydratent ! La trop grande occlusivité de ces huiles conduit à dissoudre le ciment intercellulaire et entraine une … déshydratation ! Elles humectent la peau au départ mais le manque physiologique de céramides (nécessaires à l’hydratation) n’étant pas compensé, la peau finit par se déshydrater.
Elles sont en conclusion particulièrement adaptées pour … polir le plancher, fabriquer des bougies, huiles de graissage, lubrifier le moteur de votre voiture, etc.

Les Soins LODESSE n’utilisent que des huiles et autres lipides exclusivement d’origine végétale et parfaitement biocompatibles (donc assimilables par votre peau). Notre association lipidique brevetée reconstruit une barrière cutanée respirante et non occlusive, apporte des céramides végétales nécessaires à une parfaite hydratation et restaure l’équilibre lipidique.