L'univers des cosmétiques

Les huiles essentielles dans les cosmétiques

L’aromathérapie est à la mode depuis maintenant un certain nombre d’années et avec le développement exponentiel de la cosmétique bio, on trouve maintenant des huiles essentielles partout : crèmes, gels douche, shampoings, bougies, lessive, etc. A quoi servent-elles ? Sont-elles utiles ? Sans risques ?

Qu’est-ce qu’une huile essentielle ?

Les huiles essentielles sont les composés aromatiques de plantes, obtenues après distillation en règle générale. Certaines plantes n’ont pas de molécules aromatiques (le bleuet par exemple) et l’on ne pourra donc pas en extraire d’huile essentielle. Elles reprennent les informations de la plante.

Chaque huile essentielle peut contenir entre 10 et 250 composants dont nombre nous sont encore inconnus, ce qui explique la polyvalence de leur champ d’action et l’action synergique de leurs composants.

Les propriétés des huiles essentielles

Elles ont un pouvoir important d’action sur le terrain et peuvent pénétrer dans l’organisme soit par ingestion soit directement à partir de la peau.

De nombreuses huiles essentielles ont de très bonnes propriétés antibactériennes, antivirales et antifongiques, pouvant agir sur de nombreux germes. Elles sont donc utilisées dans les cosmétiques et produits de soin à titre de conservateur naturel. Ce sont également des substances odorantes puissantes et elles viennent parfumer ces mêmes produits. Enfin, elles sont utilisées pour leurs propriétés thérapeutiques : calmantes, circulatoires, stimulantes, etc.

Huiles essentielles et cosmétiques : un bon mélange ?

Le problème est qu’un nombre croissant de personnes se déclare intolérant aux huiles essentielles ou du moins à certaines substances présentes dans les produits quotidiens, notamment les cosmétiques.

Les huiles essentielles sont en effet des ingrédients puissants et « naturel » ne veut pour autant pas dire dénué de toxicité. Un certain nombre d’entre elles peuvent être allergisantes, irritantes, photosensibilisantes ou abortives. La principale crainte à leur égard est leur potentiel allergène et rares sont celles que l’on peut appliquer pures sur la peau sans avoir de souci.

Quasiment toutes les huiles essentielles contiennent un ou plusieurs des 26 allergènes répertoriés, et parfois dans des quantités importantes. Cependant, les huiles essentielles sont aussi et surtout des complexes de molécules, qui agissent en synergie. Les études menées par de grandes marques de cosmétiques naturels semblent montrer que les personnes peuvent être allergiques aux composés pris isolément mais pas à l’huile essentielle complète. A suivre …

A priori, les huiles essentielles ne posent aucun problème si elles sont soigneusement et correctement dosées et de qualité irréprochable. La législation européenne autorise jusqu’à 3 % d’H.E dans un produit, ce qui reste relativement élevé. Mais ce n’est pas nécessairement la quantité incorporée dans chaque produit qui pose problème, c’est la multiplication de l’exposition aux huiles essentielles à travers de nombreux produits qui finit par rendre les personnes sensibles.

Ici comme souvent, tout est donc question de dosage, de qualité et de fréquence.

Lodesse a fait le choix de ne pas en utiliser dans la formulation de ses baumes qui ne sont pas parfumés, ni conservés. Ce qui en fait des produits très doux et très efficaces pour nourrir la peau. A chacun d’en rajouter s’il le souhaite !

L'univers des cosmétiques

In INCI Veritas

Par Florence CRAVERO-AUGÉ. 

 

 

Je ne suis pas médecin, je ne travaille pas dans le monde de la beauté et rien ne me prédestinait au bouleversement cosmétique qui m’a frappée. J’avais toujours été à la recherche de la dernière nouveauté, avide de découverte, de proposition de nouveaux produits. Plus je mettais de produits sur ma peau, plus cela me procurait un sentiment de confiance et de féminité. Jusqu’au jour où, alors que je croyais être une consommatrice avertie, ma peau s’est brutalement rebellée : photosensibilisation, démangeaison, acné, eczéma. J’enchaînais les consultations chez le dermatologue et la cortisone, sans grand résultat …

De gros problèmes de santé survinrent à la suite. Je ne comprenais toujours pas et, c’est dans le cadre d’échanges avec des clients travaillant dans le secteur biologique que ces derniers m’ont dit : “Est-ce que vous vous êtes interrogée sur ce que vous appliquez sur votre peau ?”…

C’est à ce moment que j’ai commencé à véritablement changer et ne plus subir ce diktat médiatique et marketing : j’avais basculé. J’étais devenue une cosméto-sceptique ! Dans une rage nouvelle de comprendre, j’ai voulu faire moi-même mes préparations “cosmétiques maisons”. J’étais plus rassurée, je pouvais adapter les actifs. Cela a duré 2 ans. Mais ma peau a encore fait des réactions (aux huiles essentielles). Le “home made”, j’en ai découvert les contraintes : trop de temps, problèmes de conservation, germes et moisissures …

Je devais donc revenir aux produits du commerce mais de manière avisée, en apprenant à décrypter les INCI.

INCI, kesako ?

Sur une étiquette minuscule est écrit l’INCI (prononcer « inki ») pour International Nomenclature of Cosmetic Ingredients, en clair ce que nous pouvons trouver à l’intérieur des petits pots et autres tubes cosmétiques. Il s’agit des noms des composants en latin (pour les extraits de plantes – par exemple, Prunus armeniaca, c’est l’extrait d’abricot) ou en anglais (pour les noms des molécules – par exemple sodium hydroxyde, pour la soude), indiquant la liste de l’élément le plus présent en premier lieu, jusqu’à l’élément le plus dilué en dernière place.

J’ai appris à identifier les principaux ingrédients et je vais vous donner quelques clés pour vous aider à décrypter très rapidement. Vous verrez, pas besoin d’être biologiste ni chimiste, quelques notions suffisent pour comprendre.

Le premier ingrédient est souvent de l’eau (“aqua” ou “purified water” ou “water”) dans les cosmétiques conventionnels (ceux qui vous vendent bien du rêve avec de belles photos).

Du rêve vendu partout à l’unisson : hypermarchés, parapharmacies, parfumeries ! Mesdames on vous veut du bien… vous faire rêver… mais surtout que vous ne sachiez pas que c’est avec du pétrole qu’on prétend vous soigner et vous embellir.

Les silicones

Ils sont très souvent utilisés dans les produits cosmétiques conventionnels. On les repère par tous les noms se terminant en “icone” (dimethicone, cetyl dimethicone, methicone, amodimethicone…) ou en “xane”(cyclopentasiloxane, cyclohexasiloxane).

Ces substances apportent aux formules beaucoup de douceur, favorisent un bon étalement du produit. Ils sont fluides, doux, non collants, brillants… En terme de sensorialité, c’est le nec plus ultra… sur le papier.

Dans la « vraie vie », ils ont un effet occlusif et tapissent votre peau d’un film qui l’empêche de respirer. C’est juste du PETROLE… Les huiles ou cires de silicone sont des substances entièrement synthétiques, polluantes et non biodégradables, De plus on retrouve de l’huile de silicone dans certains shampooings, elles auraient tendance à étouffer le cuir chevelu et la peau.

Je n’utilise plus aucun silicone.

Repère conso : Ces substances se retrouvent dans la quasi totalité des produits cosmétiques vendus sur le marché : Shampoings, crèmes visage et corps, gels douches, fonds de teint, déodorants…

Les conservateurs douteux

  • Les parabens 

Dans l’INCI : Methylparaben, Butylparaben, Propylparaben, Ethylparaben. 

Le paraben est une substance souvent présente dans les produits cosmétiques, il est allergisant, polluant, soupçonné d’être cancérigèneMais leurs jumeaux sont de sortie : ce sont les Methylchloroisothiazolinone, Methylisothiazolinone (conservateurs antimicrobiens, les nouveaux « parabens »), extrêmement allergisants.

Je n’utilise aucun produit contenant des parabens.

Repère conso : Ces substances sont souvent présentes dans la plupart des produits conventionnels.

  • Les éthers de glycol (phénosyethanol et mots contenants « glycol »)

Ces conservateurs toxiques passent facilement à travers la peau et présenteraient des risques pour le système reproducteur. Le méthoxyéthanol était utilisé dans les vernis. Une substance à reconnaître et à éviter.

  • Les substances contenant du chlore, de l’iode ou du brome

Ils ont la capacité de traverser, en proportions importantes, la barrière cutanée et seraient soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens.

Triclosan : le plus célèbre, Methylisothiazolinone : à retenir, on le retrouve énormément car c’est un grand remplaçant des parabens alors qu’il est très allergène, Methylchloroisothiazolinone : idem, Chlorphenesin, Chloroxylenol, Iodopropynyl buthylcarbamate, Methyldibromo glutaronitrile

Repère conso : TRICLOSAN : présent dans le dentifrice, dans certains produits de toilette intime, crèmes, déodorant.

  • Les PEG et PPG : tensio-actifs éthoxylés

Les émulsifiants et solvants comme PEG (polyéthylène-glycol) et PPG (polypropylène-glycol) sont des produits d’origine synthétique et ils sont fabriqués à base d’oxyde d’éthylène. Ils existent sous forme de liquide ou de cire. Ces matières ne sont pas biodégradables et leur procédé de fabrication est très polluant. Ils sont soupçonnés d’être cancérigènes.

Repère conso : ils sont présents dans la plupart des produits cosmétiques conventionnels.

  • Les phtalates (INCI diethyl phtalate)

Dans les cosmétiques, ils servent d’agents fixateurs. Leur but étant d’augmenter le pouvoir de pénétration d’un produit sur la peau. Ils agiraient comme des perturbateurs endocriniens

 Repère conso : ils sont présents dans des fonds de teint, des rouges à lèvres, des crèmes pour le visage, des déodorants, des dentifrices et des shampoings.

  • Les libérateurs de formaldehyde (formol)

Ils seraient cancérigènes, et utilisés dans de nombreux produits cosmétiques qui mettent en avant « sans paraben » !

(Formol, Formalin, Formic aldehyde, Paraform, Methanal, Methyl aldehyde, Methylene oxide, Oxymethylene, Oxomethane, DMDM HYDANTOIN, DIAZOLIDINYL UREA, IMIDAZOLIDINYL UREA, METHENAMINE et QUARTERNIUM-15, 5-bromo, 5-nitro-1, 3-dioxane, diazolidynil urea, imidazolidinil urea, Bronopol, 2-broma 2-nitropone-1, 3 Diol, Bronidox, 2-broma 2-nitropone-1,3 diol.)

Repère conso : ils sont présents dans des shampoings, colorations capillaires et de nombreux cosmétiques.

  • Les BHA et BHT (Butylhydroxyanisol et Buthylhydroxytoluène)

Les BHA et BHT sont des antioxydants synthétiques très utilisés en cosmétique en tant que conservateurs pour éviter l’oxydation des huiles ou des graisses présentes dans nos cosmétiques. Ces substances seraient très irritantes pour la peau, et pourraient provoquer des réactions allergiques ainsi que de l’eczéma.

Repère conso : ils se retrouvent dans les cosmétiques tels que le rouge à lèvres, l’ombre à paupières, les anti-cernes et les produits hydratants

  • MEA – DEA – TEA =  Les Monoéthanolamine, Diéthanolamine, Triéthanolamine et Ethanolamine (dérivé Cocamide -DEA)

Utilisés dans les shampoings et gel douche pour les rendre crémeux et donner une bonne texture à la mousse ce sont des liquides toxiques et corrosifs pour la peau. Utilisés au quotidien ils provoquent des réactions allergiques, dessèchent la peau et le cuir chevelu et peuvent créer de l’eczéma et du psoriasis. Sur le long terme ces ingrédients toxiques exposeraient les consommateurs à des risques de cancers.

Repère conso : ils sont présents dans certains savons, shampoing, démêlants, mascara, base de maquillage, fond de teint et écrans solaires chimiques.

Prendre soin de sa peau

Le secret d’une belle peau : l’importance des lipides

Si je vous demande quel est le secret d’une belle peau, vous me répondrez sans doute : « L’eau – l’hydratation ». L’eau nous est certes vitale et les marques de cosmétiques ont abondamment communiqué sur l’hydratation mais, plus important que l’eau, … c’est le gras !

L’importance des lipides pour la peau

Ma mère me disait toujours « une peau grasse c’est moins joli qu’une peau sèche mais ça vieillit mieux ! ». Ce n’est certes pas très glamour mais tout est dit. Et les peaux sèches vous le diront : elles sont fragiles, inconfortables, marquent rapidement.

C’est pourquoi, intuitivement, les peuples ont toujours utilisé des huiles et des beurres intelligemment extraits de la nature pour leur beauté. Et dans nos campagnes, il n’y a pas si longtemps encore, les paysannes utilisaient la crème du lait pour entretenir leur peau. Alors tartinez-vous sans modération !

Pour être belle, votre peau a besoin de gras, c’est à dire pour être plus élégant et plus précis, de lipides. Mais attention, pas n’importe lesquels !

On retrouve les lipides à tous les étages : en surface (dans le film hydrolipidique), plus en profondeur dans le ciment intercellulaire et dans les membranes cellulaires, enfin dans l’hypoderme (le coussin sous-cutané qui fait rebondi).

Ils jouent plusieurs rôles : celui de barrière respirante, d’hydratation, de communication cellulaire, de protection contre les agressions, de réservoir de cellules souches.

8 lipides différents qui sont TOUS nécessaires

Dans la peau, on trouve 8 types de lipides différents aux noms un peu techniques comme des phospholipides (quesako ?), des céramides (ah là c’est déjà un peu plus familier), du squalène (quel rapport avec les requins ?), du cholestérol (mais c’est pas mauvais ça ?) et puis des choses plus connues comme des acides gras libres, des cires, etc.

Si ces lipides sont présents ensemble dans la peau, c’est parce qu’ils agissent en synergie et de façon complémentaire. La peau a fondamentalement besoin de TOUS ces lipides ensemble. Si l’un vient à manquer, c’est tout son équilibre et donc sa beauté qui s’en ressent.

Or ces lipides cutanés sont très fragiles et ce sont les premiers à souffrir des agressions : les décapages à l’eau calcaire et au savon, le froid, la sécheresse, le vent, le soleil, mais aussi les changements hormonaux et la peau est souvent et facilement délipidée.

Les lipides permettent l’hydratation

On oublie trop souvent en cosmétique une réalité physiologique de base : la peau est une barrière imperméable à l’eau, elle est d’ailleurs 1000 fois plus imperméable que d’autres tissus ! Lorsque vous prenez une douche, l’eau ne rentre pas (vous ressortez même plus souvent avec la peau qui tiraille parce qu’elle a été décapée et qu’on lui a retiré son film hydrolipidique, justement). Donc comment penser que l’eau contenue dans un cosmétique va pouvoir pénétrer la barrière cutanée ? Il lui faudra un vecteur : ce sera les lipides, mais pas n’importe lesquels, notamment les lipides polaires tels que les phospholipides.

Mais surtout les lipides retiennent l’eau là où elle se trouve, c’est à dire dans la profondeur, dans le derme et peuvent la transporter vers la surface pour nourrir les cellules. Physiologiquement, il n’y a pas beaucoup d’eau dans la couche cornée (à peine 10%). L’eau est surtout nécessaire en profondeur et le derme en contient jusqu’à 80%. C’est donc là que réside le secret de l’hydratation.

Les lipides sont le garant d’une bonne barrière cutanée

Nous n’insisterons pas sur le rôle et l’importance de la barrière cutanée pour l’équilibre et la beauté de la peau. 

Pour ce rôle de barrière, le cholestérol, qui représente environ 20 % des lipides cutanés, joue un rôle prépondérant. De même que les cires. Il confère à la peau ses propriétés de barrière respirante. Le cholestérol, c’est vraiment bizarre comme « gras » : ça ressemble à une colle blanche, qui s’étire mal mais une fois en place, elle offre un incroyable maillage car elle « tient » les cellules entre elles.

Or avec l’âge la peau perd principalement du cholestérol. Et c’est pourquoi les peaux âgées sont souvent très sèches.

Les lipides permettent les échanges cellulaires

TOUTES les membranes cellulaires de notre corps sont constituées de lipides, Acides Gras et Phospholipides. 

Des membranes cellulaires de qualité, « intelligentes » laissent pénétrer les nutriments dans les cellules mais pas les substances nocives et en laissent ressortir les déchets. C’est comme une ville où l’évacuation des déchets se fait bien : elle est belle et propre.

Des membranes cellulaires de mauvaise qualité empêchent les flux ou sont au contraire trop perméables à toutes les substances nocives (métaux lourds, produits chimiques, virus, etc.). La peau étouffe alors.

Ils protègent des agressions comme la pollution

On a découvert récemment que certains lipides particuliers comme le squalène jouent un rôle primordial dans la lutte contre les agressions quotidiennes, comme la pollution. C’est lui qui « prend en premier », qui s’oxyde pour éviter des dégâts plus importants en profondeur. Mais le squalène (que l’on extrait de l’huile d’olive mais aussi du foie des squales, les requins) joue aussi un rôle important pour éviter la glycation de la peau, c’est à dire qu’il préserve la souplesse de votre épiderme.

Ils constituent un réservoir à cellules souches

Avez-vous remarqué comme les personnes bien dodues ont une plus jolie peau que les personnes qui n’ont que la peau sur les os ? C’est parce que la graisse est un réservoir de cellules souches qui permettent de régénérer la peau et les tissus.

Alors ne vous privez plus sur le cassoulet, le fromage, les plats en sauce et la charcuterie et soyez contente si vous avez quelques rondeurs !

Notre peau, c’est notre maison et les lipides sont l’équivalent du toit, des joints et des canalisations d’eau. Si le toit, les fenêtres, les joints, laissent passer la pluie, le froid, le vent, la chaleur etc. il ne fera pas bon vivre dans cette maison.

Dans les cosmétiques, on trouve encore trop souvent des lipides de mauvaise qualité, parfois des beurres et des huiles végétaux, mais beaucoup plus rarement l’ensemble des 8 lipides physiologiques nécessaires à l’équilibre cutané. Les Soins Seconde Peau LODESSE contiennent une association brevetée de tous les 8 lipides cutanés indispensable pour « être bien dans sa peau ».

Prendre soin de sa peau

Ce que vous avez de plus précieux : votre barrière cutanée !

Ma grand-mère s’appelait Blanche et avait été rousse. Elle avait encore été institutrice et, assise dans son fauteuil en velours bleu pétrole, elle aimait à m’enseigner : « Sais-tu pourquoi nos maisons sont si belles ? C’est parce que leurs toits de tuiles, comme des écailles de poisson parfaitement enchâssées, au lustre grisé ondulant à la lumière, les met à l’abri des intempéries de la vie. Vois-tu, la peau est comme nos maisons alsaciennes. Elle est belle quand son toit est beau. »

Les grands-mères ne diront jamais assez à leurs petites files que le premier geste de beauté, c’est de préserver sa barrière cutanée !

La peau, une parure de beauté au rôle protecteur

Elle nous protège grâce à :

  • un pH acide qui empêche les microbes de proliférer,
  • un film hydrolipidique en surface sur lequel les particules indésirables vont surfer et glisser,
  • des cellules cutanées, les kératinocytes, organisées en « écailles » superposées comme le toit de la maison de ma grand-mère,
  • des antioxydants qui tuent les agresseurs (UV, radicaux libres).

Les toxines sont quant à elles évacuées grâce à la perspiration et aux glandes sudoripares. Ainsi la sueur contient des déchets azotés (urée, acide urique) qui la rend comparable à de l’urine.

Une peau dont la barrière est intacte n’est pas obligée de se consacrer en urgence et en priorité, à utiliser son énergie pour se défendre et se protéger. Elle peut se consacrer à des tâches de régénération, de reconstitution, de nettoyage etc. C’est donc une peau au repos, tranquille et détendue donc plus sereine et plus belle.

C’est bien pourquoi, intuitivement, nous n’aimons pas avoir la « peau qui tire ». De même, une peau qui arrive à bien évacuer bien ses déchets, est une peau qui n’est pas encrassée, donc lumineuse. Avez-vous d’ailleurs remarqué comme la peau des sportifs est souvent très belle, ferme et pleine de vie ?

Comment préserver sa peau ?

  • Ne pas détruire le film hydrolipidique avec des savons agressifs (ils le sont presque tous sauf les savons saponifiés à froid), une eau agressive (l’eau du robinet est javellisée) etc. En résumé : nettoyer oh que oui, purifier toujours oui, démaquiller encore oui, décaper NON ! Donc la nettoyer avec des produits doux, plutôt des huiles végétales que des tensio-actifs.
  • Restaurer son film hydrolipidique s’il a été endommagé (c’est la sensation de tiraillement après la douche, une peau rugueuse, sèche) avec des soins « biomimétiques » comme les Soins Seconde Peau LODESSE. Attention aux produits occlusifs qui empêcheraient la peau de respirer et d’évacuer les déchets (toxines, gaz, etc.). C’est notamment le cas des huiles minérales qui forment un film étouffant, avec à la clé petits boutons, teint terne, etc.

LODESSE conçoit toujours ses produits pour être en totale osmose avec la peau. Ils ne la dénaturent jamais, respectent son intelligence et reconstituent à l’identique sa barrière respirante.