Prendre soin de sa peau

Le peeling, le roi de l’anti-âge

Extrait de « La Beauté dans la peau » – Dr Max Santoul

« Ils représentent ce qu’il y a de plus abouti dans les gestes peu ou pas invasifs pour obtenir un rajeunissement cutané indéniable. Leur mécanisme procède par relance de l’activité cellulaire et entraînement à renforcer les défenses naturelles. Les meilleurs agissent par répétition et sur le long terme.

La plupart des peelings efficaces procèdent par coagulation des protéines qui sollicite une rénovation réparatrice. S’y ajoute une synthèse de collagène, d’acide hyaluronique et des constituants de la matrice intercellulaire de structure (protéoglycanes). C’est de cette régénération que l’effet rajeunissant découle. Il s’agit bien d’une nouvelle peau qui va naître.

Ils sont dits superficiels, moyens ou profonds selon qu’ils se limitent à l’épiderme granuleux, plongent à peine dans les crêtes épidermiques ou entament le derme papillaire. Au-delà, les cellules basales disparaissent et le peeling devient équivalent à une plaie qui ne peut plus cicatriser de façon élégante. A ce stade on se rapproche d’une brûlure mais il ne faut pas les confondre : alors que la brûle détruit les protéines vivantes des premières couches cutanées, les peelings s’attaquent aux protéines kératinisées de la couche épidermique. La brûlure entraîne une plasmorragie (écoulement de lymphe) alors que le peeling reste sec. S’ensuit une conséquence de taille : quand la brûlure provoque des croûtes (dont la chute peut laisser des cicatrices), le peeling entraîne des squames (qui se détachent sans la moindre trace).

Quel peeling faire ? Le mieux est de s’en remettre à la technique de l’intervenant. Souvent il y aura des formes et des associations combinées, le tout étant de renouveler le capital cellulaire pour lui donner des capacités « d’oubli » du stress oxydatif et augmenter les pouvoirs plastiques du derme par synthèse nouvelle de sa substance fondamentale et de son maillage fibrillaire.

Après de nombreuses années d’observation et d’utilisation, force est de constater qu’un peeling adapté est le roi des gestes de la quête cosmétique. »

2 pensées sur “Le peeling, le roi de l’anti-âge”

  1. Véronique dit :

    Bonjour,
    Donc le peeling est à faire uniquement par le biais du dermatologue ou il existe des produits efficaces sur le marché pour en faire chez soi ?
    Merci

    1. lodesse dit :

      Bonjour

      Les produits sur le marché pour les consommateurs sont beaucoup moins concentrés que ceux utilisés sous le contrôle et l’expertise d’un dermato.
      Donc vous aurez d’excellents résultats à condition de trouver un dermato compétent qui ne fasse systématiquement un peeling à l’acide glycolique (parce qu’il n’y connait rien et que les labos lui vendent ce produit facilement).
      Pour nous les 3 peelings les plus intéressants sont : la pâte de Unna (Max Santoul notre dermato conseil le maîtrise très bien depuis 40 ans), le peeling de Jessner, un très vieux peeling proche de la pâte de Unna qui donne d’excellents résultats, et le TCA, pas très adapté aux peaux claires avec des taches de rousseur.
      Voilà quelques indications.
      en espérant vous avoir aidée.

      Lodesse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *