Prendre soin de sa peau

Prendre soin de votre peau à 40 ans

J’avais commencé une série d’articles sur les soins appropriés à chaque décennie en commençant par vous parler du soin des peaux à la cinquantaine. Vous pouvez retrouver cet article sur notre blog.
Quelques échanges intéressants avec des hommes m’ont donné envie, en cette rentrée, de vous parler de la quarantaine.
40 ans il paraît que c’est le plus bel âge pour une femme. Tous les hommes vous le diront, les femmes aussi et moi qui suis dans cette décennie, je vous le confirme !

Sortie de l’enfance, la femme apparaît dans toute sa plénitude féminine. Bien dans son corps et sa personnalité, qu’elle a appris à mieux s’accepter, s’aimer, se connaître, et elle transpire cet équilibre.
C’est l’âge où, en termes d’entretien de votre visage, tout est possible et rien n’est encore irréversible.

C’est un âge, une étape CLÉ.

Je m’explique.

Bien sûr, souvent c’est à cet âge-là que le visage commence à évoluer.

Plus que la ride, c’est la perte de volumes qui commence : sillons nasogéniens, pommettes et cernes commencent à se creuser.

La peau devient plus instable : un jour impeccable, l’autre pas. Le manque de sommeil se voit très rapidement, ce qui n’est pas le cas à 30 ans. Le repos et la détente font toute la différence (lisez notre article sur l’importance de la nuit et du dodo pour une belle peau).

En plus, c’est souvent une période d’activité intense, entre construction voire reconstruction professionnelle, enfants, couple, qui prennent du temps et de l’énergie. Alors qu’il faut en garder pour s’occuper de soi.

Mais c’est aussi l’âge où tout est possible

Si de mauvaises habitudes ont été prises, il est encore temps de les rectifier. La peau est tonique, elle est facilement stimulable. Les produits et techniques de stimulation vont donner de bons résultats et vont pouvoir réparer les premiers « dégâts » et entretenir. Les cosmétiques riches commencent à être nécessaires.

C’est le moment d’adopter les bons gestes si cela n’a pas encore été fait.

Pour cela, il est important d’écouter votre peau

Soyez très très à l’écoute pour voir ce qui marche, trouver, si ce n’est pas encore le cas, ce qui lui conviendra à partir de maintenant.

D’une façon générale :
Votre peau risque de commencer à être plus sèche et si c’est le cas, prenez dès à présent l’habitude de lui donner des produits suffisamment nourrissants. Une peau bien nourrie, dont la barrière reste intacte c’est comme le toit d’une maison qui est bien entretenu : la maison y est plus agréable à vivre, plus longtemps. (lisez notre article sur l’importance de la barrière cutanée). C’est, en matière cosmétique, le plus important.

Inutile de vous ruiner en crèmes antirides miracles. Essayez le soin Seconde Peau Lodesse le plus adapté à votre besoin (Crème n°1 ou Baume n°2) et vous verrez la différence !

Contre les tous premiers signes de vieillissement, usez et abusez des peelings ou autre techniques de stimulation.

Non seulement cela retirera les premiers signes mais cela entretiendra la tonicité et la densité cutanée. (Lisez notre article sur l’intérêt des peelings). C’est comme le sport et le corps : pour garder une jolie ligne, il faut commencer jeune et ne pas arrêter.
Attention, pas n’importe quels peelings.
Pas d’acide glycolique. Celles qui ont testé savent que c’est le geste facile pour les dermatos mais qui ne donne pas de bons résultats. Les produits à base de rétinol, le soir sont intéressant attention au bon rythme pour ne pas irriter. Les crèmes à l’acide rétinoïque, quoiqu’un peu oubliées, sont très efficaces.
Attention les peaux fines ne sont pas la meilleure indication.

La mésothérapie, pour tout le visage et aussi pour le cou donne de très bons résultats. Ainsi que le derma roller que vous pouvez faire vous-même avec une bonne crème anesthésiante.

Contre la patte d’oie et la ride du lion, le Botox donne d’excellents résultats et cette zone constitue la meilleure indication.

Evidemment la protection solaire est fondamentale

Mais je crois que maintenant cela est entré et ancré dans nos gestes de protection.

 

Prendre soin de sa peau

Reconnaître les différentes taches cutanées et le traitement adapté

Les taches peuvent avoir deux origines :

  • Une origine pigmentaire (par le sang ou par les mélanocytes)
  • Une origine liée à la modification des cellules cornées

L’origine pigmentaire sanguine

Dans ce cas, le sang remonte mal des membres inférieurs et stagne, perdant des pigments.
Ex. la dermite ocre.
Il peut s’agir peut également de taches rémanentes post-hématomes.
Elles apparaissent avec l’âge et les problèmes circulatoires.
Très difficiles à faire partir, nous ne nous intéresserons pas plus à elles.

L’origine pigmentaire mélanocytaire

Ces taches sont liées à un problème de synthèse des pigments par les mélanocytes.

Les hyperpigmentations par sollicitation des mélanocytes qui restent dans le cadre de la normalité ne sont pas trop difficiles à faire partir. Par exemple un bronzage disharmonieux ou un débronzage irrégulier, parce que la peau est trop sèche, ou qu’un photosensibilisant local a été appliqué.

Le problème survient quand il y a incontinence, c’est à dire quand cette espèce d’encre (les mélanocytes) bave dans le derme ou entre les cellules, là où il n’y a pas d’équipement enzymatique pour les faire disparaître. On arrive à une sorte d’auto-tatouage qui est plus compliqué à faire partir : c’est le mélasma, appelé cloasma quand il survient dans le cadre d’une grossesse.
Ces taches dues à une incontinence pigmentaire font partie des demandes fréquentes. Elles sont essentiellement localisées sur le visage.

Leur processus de formation est encore mal connu. Leur origine est vraisemblablement hormonale,  combinée au soleil. Mais ce ne sont pas les seuls facteurs.
L’application topique de substances (cosmétiques, photosensibilisants, etc.) peut également expliquer leur apparition.
Le mélasma touche toutes les peaux, blanches, noires, métissées, asiatiques avec tout de même une prédilection pour les peaux foncées.
Parfois certains mélasmas disparaissent spontanément mais ce n’est pas la majorité. Le traitement demande de la patience.

Pour les traiter, il faut envoyer un dépigmentant. Les dépigmentants appartiennent tous à la même lignée de molécules.
Le meilleur dépigmentant est le phénol mais il brûle la peau.
Le second est un diphénol, la résorcine, que l’on trouve dans les peelings de Unna et de Jessner.
Le troisième est l’hydroquinone, uniquement sur prescription médicale, et interdit dans les produits de beauté.
Ces substances agissent progressivement et sont à manier par un dermatologue.

Le laser n’est pas adapté car ce sont des hyperpigmentations activées en général par la lumière. Donc envoyer de la lumière par-dessus serait encore pire.

Citons le cas particulier des peaux noires qui forment des accumulations de cellules très chargées en mélanine (Papulosa nigra) : elles sont à pulvériser avec l’électricité.

Sinon il existe des substances à la l’action légèrement dépigmentante (citron, busserole, murier blanc, réglisse, etc.) utilisées en cosmétique. C’est le principe du complexe anti-taches utilisé dans l‘Elixir Seconde Peau Lodesse.
Enfin la dernière solution reste le maquillage.

Les taches liées à la modification des cellules cornées : les taches de vieillesse

Ce type de taches constitue la deuxième demande la plus importante.

Elles sont liées à une hyperplasie cellulaire, à savoir que les cellules s’entassent et piègent la mélanine. Elles donnent un côté grisâtre car elles ne difractent pas la lumière.

Ces taches s’en vont toutes par une action mécanique.
Elles sont faciles à faire partir mais de nouvelles réapparaitront. Il faudra donc les traiter régulièrement.

Les traitements sont :

  1. La lumière : le laser

    C’est le plus efficace et le plus bluffant. Le rayon laser est absorbé soit par l’eau soit par les pigments de la peau. Il provoque cependant une légère brûlure.

  2. Le froid : l’azote liquide

    C’est le plus ancien. Il fait coaguler les protéines de la peau. Cela forme une croûte qui tombe ensuite. Mais certaines peaux font des collerettes d’hyperpigmentation inflammatoire autour de la zone traitée, qui mettent du temps à partir.

  3. La chimie : TCA (acide trichloracétique)

    Il brûle un peu.

Les taches de vieillesse sont à faire examiner par un dermatologue avant tout traitement car elles peuvent cacher des mélanomes.
L’examen par un médecin est dans tous les cas souhaitable, ce qui peut éviter également de confondre des champignons versicolor avec des taches.

Un mauvais état de santé peut également induire des troubles pigmentaires. Ainsi un mauvais fonctionnement des reins provoque un teint grisâtre, très taché.

Un grand merci au dermatologue conseil de Lodesse, Max Santoul et à notre spécliaste du laser, Pascal Leibundguth, du centre Inumed.

 

Prendre soin de sa peau

Prendre soin de votre peau en hiver

Plus rêche, plus terne, plus sèche, en hiver la peau n’est pas à la fête.

Les explications

La circulation sanguine

Lorsqu’il fait froid, les capillaires de surface se rétractent et la circulation sanguine reflue vers la profondeur au détriment de l’irrigation de surface pour éviter le refroidissement des liquides corporels et donc de l’organisme.
Moins irriguée, la peau fonctionne au ralenti et elle est plus terne du fait de la contraction des capillaires.

La luminosité

La lumière est fondamentale pour la vie et est captée principalement par la peau.
La baisse de luminosité hivernale, accentuée par le port de vêtements d’hiver couvrants ralentit elle aussi le métabolisme cutané.

La production de sébum

En dessous de 7° le corps ne produit plus de sébum donc la peau est moins lubrifiée et moins protégée, moins hermétique. Elle peau devient sèche et rêche.

La déshydratation

L’air ambiant étant plus sec et la peau naturellement moins lubrifiée et protégée, elle « perd » son eau qui s’évapore au profit de l’extérieur par effet d’osmose.

Comment y remédier ?

Partir en vacances au soleil en hiver ou attendre que l’été revienne !

Vous pouvez aussi stimuler votre peau de plusieurs façons

Avec des appareils de luminothérapie à faire chez soi (LED par exemple)
Avec des peelings (couplés à la luminothérapie, c’est parfait)
Se pincer, se faire masser : regardez notre tutoriel de pincements Jacquets pour illuminer le teint.

Et bien sûr nourrir votre peau avec des produits de qualité et adaptés

Utilisez des crèmes riches et qui tiennent au corps et au visage.
Nos baumes sont particulièrement efficaces : Baume Seconde Peau n°2 pour peaux sèches, Baume Seconde Peau n°3 pour peaux très sèches, Baume Seconde Peau Corps pour toute la famille et aussi pour le visage.
Leur spécificité : ils redonnent à votre peau ses propres constituant lipidiques en version végétale. Cela les rend plus rapidement absorbés, plus en profondeur, pour une action durable et sur-mesure.

Prendre soin de sa peau

Prendre soin de ma peau après 50 ans

La vie est bien faite : à 30 et 40 ans, vous vous êtes occupée de construire une famille, d’ancrer le professionnel. A 50 ans, vous avez plus de disponibilité et d’envie pour vous occuper davantage de vous. Et ça tombe bien car plus les années passent, plus il y a à faire pour « s’entretenir ». Même si ce n’est pas une question d’âge temporel mais d’âge biologique, disons qu’en moyenne un cap passe vers 50 ans, au moment de la ménopause et pré-ménopause.
Prenez plaisir à prendre soin de vous avec nos conseils !

Sans rentrer dans les détails des signes du vieillissement que tout le monde connaît, disons simplement pour résumer que le vieillissement consiste en une perte et un ralentissement : une perte de substances et d’énergie, un ralentissement des processus métaboliques en général.
Par exemple, le cycle de renouvellement d’un épiderme jeune est d’environ 28 jours. Une peau mature voit ce cycle s’allonger à deux mois. Cela a beaucoup de conséquences : cicatrisation moins rapide, peau plus fine et fragile.

Les deux mots d’ordre sont donc : compenser les manques et stimuler.

Compenser les manques

Ils sont de plusieurs ordres :
Manque de lipides en surface (sébum / film hydrolipidique) >> la peau tiraille, est fine, sèche, inconfortable.
Manque de gras dans l’hypoderme >> perte de volumes
Manque de substances du derme (collagène, élastine, acide hyaluronique)
Manque de vitamines et d’énergie
La ménopause marque souvent le moment où ces manques s’accentuent brutalement.

Que faire ?

Il faut commencer par ne pas agresser votre peau lors du nettoyage : pour le corps privilégiez les huiles nettoyantes ou les savons saponifiés à froid.

En cosmétique, cela passe par l’utilisation de produits riches, tels que Lodesse les formule, réparateurs, apportant un grand confort. Qui tiennent au corps. C’est important en premier lieu de se sentir dans une peau confortable, qui ne tiraille pas, qu’elle soit bien nourrie et repulpée. C’est particulièrement ce que vous apporteront nos Baumes, n°2 (peaux sèches, toutes saisons) et n°3 (peaux très sèches et hiver).

En médecine esthétique par des produits de comblement : acide hyaluronique et autres combleurs, lipofilling etc.

En alimentaire par des compléments tels que le Coenzyme Q10 dont 95 % de nos cellules ont besoin pour fabriquer de l’énergie.

Continuer à manger des protéines et de la viande rouge car le collagène et l’élastine sont des protéines. Prendre des vitamines : jus de fruits et légumes frais, bio, algues (klamath, spiruline).

Stimuler le métabolisme : commencer tôt et ne pas s’arrêter

C’est fondamental. Cela permet de ralentir le … ralentissement.

D’abord il faut obliger la peau à se renouveler, plus, plus vite.
L’idéal est de commencer dès 40 ans, avec des produits stimulants bien connus comme le rétinol, l’acide rétinoïque (sur ordonnance) ou avec des peelings (attention aux acides de fruits et acide glycolique qui finissent par rendre le teint terne – préférez des peelings moyens type TCA ou Jessner réalisés par un dermatologue), idéalement tous les trimestres. Un bémol pour les peaux fines qui sont à prendre avec précaution.

Il y aussi beaucoup d’autres stimulations : rollers, lasers, mésothérapie, etc.

La lumière, dans des longueurs d’onde appropriées, est également intéressante : séances de LED chez les dermatologues, petits appareils de luminothérapie maison.

Ces techniques sont très efficaces (surtout au niveau du visage qui est plus vascularisé) mais demandent de la régularité, de l’entretien, et de ne pas arrêter. Comme pour le sport. Plus vous commencez tôt, dès les « premiers signes » de fatigue de la peau, plus aurez de chances de conserver longtemps une peau tonique et lumineuse.

Stimuler la réceptivité cutanée

Un autre aspect de la stimulation cutanée, c’est la stimulation sensorielle de la peau. Car avec le temps, les terminaisons nerveuses deviennent moins réceptives.
Faites-vous masser le visage et le corps aussi souvent que possible. On a connu programme plus désagréable !
Si vous n’avez pas le temps ou les moyens de faire des soins visage régulièrement, pratiquez l’auto-massage le plus souvent possible. Les fibroblastes aiment être agressés : alors pincez-les fort, réveillez-les ! Découvrez nos vidéos d’auto-massage sur notre chaîne YouTube : www.youtube.com/lodesse et en particuliers les Pincements Jacquet et l’auto-massage des yeux.

 

Prendre soin de sa peau

Comment naissent les rides, comment les traiter ?

Une ride de la peau est une cassure cutanée provoquée par la disparition progressive de deux protéines : le collagène et l’élastine. Les rides sont génétiquement programmées. Cette apparition est donc très variable d’une personne à l’autre dans le temps : certaines peaux marqueront très peu alors que d’autres casseront beaucoup.

Chez la femme, certains facteurs sont aggravants : la ménopause, le stress, le tabac accélèrent considérablement le vieillissement cutané. Mais l’ennemi numéro un de la peau reste avant tout le rayonnement solaire, notamment les UV.

Les différents types de rides

Les rides superficielles

Les ridules sont des petites rides, moins profondes.
Certaines ridules ont pour origine la perte en eau de l’épiderme et donc plus facilement réversibles que les rides (cf notre article sur les peaux déshydratées). D’autres ridules sont le départ des rides.

Les rides superficielles d’héliodermie sont essentiellement liées à l’exposition solaire, notamment aux UV.

Les rides de relâchement : avec le temps, l’ensemble de nos structures diminue : masse osseuse, masse musculaire. Notre enveloppe cutanée devient trop ample et plisse, casse, marque.

Les rides profondes

Les rides profondes d’expression
Les rides d’expression naissent un peu suivant le principe de la tectonique des plaques.
Le visage possède une grande spécificité car les muscles y sont attachés à la peau, à la différence du reste du corps. La contraction des muscles produit les expressions et mimiques qui permettent de communiquer nos émotions : sourire, froncer les sourcils, faire la moue, écarquiller les yeux, …
Ce sont ces contractions quotidiennes et répétées des muscles du visage qui vont finir par « casser » une peau qui avec le temps perd sa souplesse et son élasticité et « s’imprimer » sur le visage sous forme de rides.
Les peaux qui génétiquement sont plus denses (peaux noires) ou les personnes dont le visage est très peu mobile, vont former moins de rides d’expression.

Les rides profondes de froissement

Ce sont des rides verticales. Elles sont liées à la pesanteur ou provoquées par des contraintes positionnelles nocturnes. C’est pour cela qu’on les appelle aussi « rides de l’oreiller ».

Traitements en fonction du type de ride

Le traitement d’une ride n’est pas le même selon la profondeur ou la zone de la ride.

La prévention précoce (protection solaire, absence de tabac, bonne alimentation, bonne cosmétologie) permet de ralentir l’apparition des rides.

Les rides superficielles d’héliodermie répondent bien à tous les traitements de stimulation : Rétinol, peelings, lasers, dermabrasion, dermarollers, mésothérapie, lumière, PRP, etc.

Il paraît, mais c’est difficile à vérifier, que la gymnastique musculaire permet de remettre en place les muscles du visage et de limiter l’apparition des rides d’affaissement. On dit ainsi que les visages des chanteuses lyriques sont moins ridés de part l’important travail musculaire sur le cou et les joues induit par le chant.
A défaut de chant lyrique, rire provoquerait les mêmes stimulations musculaires positives.

Les rides d’expression du haut du visage comme la patte d’oie, la ride du lion et les rides du front sont idéalement traitées par la toxine botulique, qui est devenu l’acte de médecine esthétique le plus répandu, de loin.

Les autres rides profondes, comme par exemple les sillons nasogéniens, les rides autour de la bouche, les rides de la joue, sont atténuables par des comblements d’acide hyaluronique,

Les rides du contour de la bouche sont également une bonne indication pour la dermabrasion.

Outre cela, vous pouvez être attentives à ne pas plisser inutilement et à tout bout de champ le front et les yeux par exemple. Vous pouvez vous masser et vous faire masser régulièrement pour détendre, décrisper et regonfler les muscles.

Toutes les stimulations de la peau sont efficaces à condition de commencer tôt et d’avoir de la régularité. C’est comme le sport : il faut S‘ENTRETENIR, pratiquer régulièrement. Et sourire beaucoup pour avoir de « belles rides » !

 

Prendre soin de sa peau

Comment savoir si votre peau est sèche ou déshydratée ?

Une peau sèche est une peau qui manque de gras, de lipides. Plus précisément nous devrions parler de « Peau dénutrie ». Les dermatologues parleront eux de peaux atopiques ou de xérose. Une peau déshydratée quant à elle est une peau qui manque d’eau.

Comment reconnaître une peau sèche/dénutrie ?

C’est une peau qui tiraille, qui peut être sensible, présenter des rougeurs d’irritation. Ces symptômes sont liés au fait que les lipides structurent la barrière cutanée : lorsque ces lipides qui servent de mortier entre les cellules et de protection en surface viennent à manquer, la peau est plus poreuse et moins protégée. Elle sera donc plus sujette aux irritations, plus sensible aux agressions. Elle tiraille exactement comme après une douche où le savon a retiré le film hydrolipidique.

A la ménopause, les changements hormonaux induisent souvent une sécheresse cutanée accrue. Une peau sèche peut aller jusqu’à desquamer, ou présenter un caractère eczémateux. Avec le temps, les peaux sèches auront tendance à perdre en fermeté.

Comment prendre soin d’une peau sèche ou dénutrie ?

Tout d’abord bien sûr ne pas lui retirer le peu de gras qu’elle sécrète : huiles ou laits démaquillants, pas d’eau calcaire, pas de savons. Ensuite lui appliquer des lipides de qualité, qui vont combler ses manques. Chez Lodesse, ce sont bien sûr les Baumes Seconde Peau, n°2 et n°3, produits sans eau, composés de tous les lipides physiologiques présents au départ dans votre peau.

Comment reconnaître une peau déshydratée ?

Si les symptômes d’une peau sèche sont plus de l’ordre des sensations (peau qui tire, sensible, irritée), les symptômes d’une peau déshydratée sont plus de l’ordre visuel.

Si vous la pincez, vous pourrez voir que le pli reste marqué un certain temps avant de revenir en place. Elle présente souvent de fines ridules.

Elle peut avoir les pores qui se dilatent au cours de la journée, donnant l’impression qu’elle est mixte : en fait, elle « s’ouvre » pour essayer de capter l’eau présente dans l’air.

Comment en prendre soin ?

Elle a certes besoin d’eau mais l’eau ne tombe pas du ciel pour hydrater la peau ! Cette dernière est une barrière imperméable. Les cosmétiques devront arriver à contourner cette difficulté pour hydrater efficacement.

Chez Lodesse, nous utilisons dans l’Emulsion n°0 de l’acide hyaluronique à très faible poids moléculaire, très fortement dosé, combiné à des lipides polaires qui vont entraîner ces molécules vers la profondeur où elles sont le plus utiles.

Beaucoup de peaux sont à la fois sèches et déshydratées

Elles auront donc besoin d’un excellent apport en lipides et en molécules hydratantes (aquaporines, acide hyaluronique, urée, …). Il leur faudra donc des produits à la fois nourrissants et hydratants.

Chez Lodesse ce sera soit la crème n°1, soit la combinaison d’un Baume n°2 ou n°3 + Emulsion n°0 (à appliquer après le baume). Vous obtenez alors une nutrition + hydratation totalement sur-mesure et très complètes. Avec en prime quelques vaporisations de Lotion-Sérum qui apporte non seulement de l’eau mais des minéraux et oligo-éléments.

Sinon, seuls les essais empiriques vous permettront de déterminer les produits les mieux adaptés à votre besoin.

Le problème spécifique des peaux mixtes

Ce sont souvent des peaux trop décapées par leurs occupants (savons, lotions micellaires) et qui perdent leur film hydrolipidique. Elles réagissent en sécrétant du gras pour compenser. Si elles viennent aussi à manquer d’eau, les pores se dilatent (cf supra).

Ces peaux nécessitent donc des nettoyages très doux, de retrouver (provisoirement) une protection lipidique de qualité par l’application de produits cosmétiques adaptés, le temps pour elles de retrouver un équilibre naturel.

Ensuite, une crème bien hydratante et un peu nourrissante suffira dans la plupart des cas. Chez Lodesse Emulsion n°0 ou Crème n°1.

Prendre soin de sa peau

N’écoutez personne d’autre que votre peau !

Qu’est-ce qui est bon pour ma peau ? Il y a la conseillère qui vous préconise absolument un sérum sous votre crème, l’esthéticienne qui vous dit de ne jamais oublier votre contour pour les yeux, le pharmacien qui vous dit qu’il faut changer régulièrement de soin, le blog qui vous conseille le layering à la japonaise, la marque qui vous dit de ne rien mettre sur votre peau le soir, le dermato qui vous dit de ne jamais sortir sans un écran solaire et votre mère qui vous dit de ne rien mettre du tout. Et vous ? 

Entre les modes venues d’Asie, la vague du tout bio, les diktats des pros, les idées reçues, les conseils pour bien faire, qui écouter, qui croire ? qu’est-ce qui est vraiment bon pour ma peau ? qu’est-ce que je dois mettre, quand, comment ?

Une seule réponse : ÉCOUTEZ VOTRE PEAU !

Elle seule sait, laissez-là faire ce qui lui plaît à elle et à elle seule ! N’écoutez ni votre tête, ni les étiquettes.

Ne cherchez pas ce qui est le plus rapide, ou ce qui est le moins cher, ou le plus cher, ne vous laissez pas tenter par les publicités, n’écoutez que ce que vous dit votre peau et faites ce qui lui plaît.

Observez-la

Comment vous sentez-vous après avoir appliqué votre crème ? est-ce que vous sentez votre peau respirer sous la crème, vous sentez qu’il se forme un film étouffant ? Si vous mettez un sérum, est-ce que vraiment il y a une différence ? Est-ce qu’elle est mieux le matin quand vous avez mis une crème riche ? une crème légère ? une huile ? rien du tout ? Quand vous nettoyez votre peau est-ce qu’elle tire après votre routine habituelle ? A quel moment la trouvez-vous belle ? Quand vous vous maquillez ? en vacances ? après un soin visage ? Comment est-elle après une soirée bien arrosée ? quand vous manquez de sommeil ?

La peau parle

Petits boutons de chaque côté des ailes du menton et c’est le gros intestin qui fonctionne mal. Petits boutons sur les joues, surveillez l’estomac et l’intestin grêle. Peau terne et ce sont les émonctoires qui fonctionnent mal (foie, poumons …). Elle est sensible et réactive, interrogez-vous sur votre propre état émotionnel. Elle est sèche et raplapla, peut-être a-t-elle besoin d’un peeling plutôt que de soins riches. Elle réagit aux changements hormonaux, à notre état intérieur et tout ne se règle pas à coup de cosmétiques.

Sortez de votre tête, entrez dans votre peau « peau »

Nous sommes tellement pris par les publicités, les sollicitations de toutes sortes, les myriades de produits disponibles que nous ne savons plus où donner de la tête. Et le problème est bien au niveau de la tête : nous réfléchissons trop au lieu de nous concentrer sur notre ressenti et nos perceptions.

En cosmétique comme dans beaucoup d’autres domaines. Ecoutez votre peau et votre corps, touchez-la, observez comment elle réagit. Vous vous sentirez mieux dans votre peau !

Prendre soin de sa peau

Comment protéger sa peau du soleil en ville ?

Ah la protection solaire… Vaste débat, sujet récurrent dès le printemps et très controversé. Et chaque année la même question qui revient : est-ce que je dois appliquer crème de soin + crème solaire ? Ou un seul produit peut-il faire les deux ? 

La protection naturelle de la peau

Tout d’abord, et avant de parler produits et crèmes, revenons à la base, comme toujours chez Lodesse, pour regarder ce que fait la peau pour se protéger naturellement du soleil.

Tandis que les animaux se protègent des rayons solaires grâce aux poils, chez l’homme deux phénomènes cutanés constituent une protection naturelle :

  • la production de mélanine, c’est à dire le « bronzage »
  • l’épaississement

Si l’augmentation de la pigmentation est bien connue, l’épaississement de la couche cornée l’est moins. Avez-vous remarqué qu’au sortir de l’hiver, si vous mettez des chaussures d’été, vous aurez vite des cloques tellement la peau est fine ? Tandis que plus tard dans l’été, la peau ayant épaissi, vous pouvez mettre vos sandales à talons sans avoir d’ampoules.

C’est également pour cette raison physiologique que les peelings chez les dermatos ne sont pas conseillés en été car, en affinant la couche cornée, ils retirent de la protection solaire naturelle à la peau.

Une bonne protection solaire doit donc suivre cette logique : elle doit plutôt augmenter l’épaisseur de la couche cornée, rester en surface.

Crème de soin + solaire ou crème de jour avec SPF ?

Un bon soin de jour doit pénétrer en profondeur pour nourrir, apporter des nutriments au-delà de la couche cornée, inerte et nettoyée quotidiennement. Il doit également apporter des antioxydants pour lutter contre les radicaux libres induits par les UV entre autres. Bref il doit agir dans les couches profondes. Tandis qu’un bon solaire doit plutôt agir en surface.

Les crèmes de jour qui incluent une protection solaire contiennent souvent les mêmes filtres chimiques que les crèmes solaires. Et revendiquent une action anti-rides / anti-âge grâce à ces filtres solaires. Autant acheter une crème solaire, moins chère avec les mêmes composants !

L’idéal si vous voulez avoir une protection solaire en ville et même au soleil, ce serait un produit de soin qui pénètre bien. Et une protection solaire qui resterait très en surface, pour bien protéger, en rajoutant de l’épaisseur. Donc deux produits distincts.

Quel type de solaire choisir en ville ?

Sur le marché, on trouve deux types de filtres solaires :

  • soit des filtres chimiques qui vont absorber et décomposer les rayons UV dans la peau
  • soit des filtres minéraux qui vont agir comme un miroir posé sur la peau pour réfléchir les rayons du soleil

Les filtres UV de synthèse « transforment » la lumière. Ils agissent sur et dans la peau par des réactions dont les effets secondaires ne sont pas toujours positifs : allergies, perturbations hormonales. S’ils sont nocifs pour les coraux, on peut difficilement imaginer qu’ils ne le soient pas pour la peau. Ils n’ont bien sûr pas la préférence de Lodesse.

Les meilleurs filtres solaires pour la ville seraient donc les poudres minérales réflectrices car elles contiennent des particules de mica, titanium etc. et protègent tout en embellissant.

Et tout ce qui peut épaissir (sans étouffer bien sûr !) : fonds de teint, BB cream, autant de produits qui indiquent souvent un SPF de 15.

Et dessous un Soin Seconde Peau LODESSE : leurs composants bio-compatibles sont instinctivement reconnus et assimilés par la peau et leur permettent de pénétrer en profondeur (tests de pénétration comparatifs à l’appui). Ils nourrissent et réparent sur-mesure : c’est votre peau qui puise en fonction de ses besoins.

On nous rebat avec la protection solaire, mais la lumière est indispensable à notre organisme et ce qui est nocif, c’est de griller au soleil pendant des heures. Mais être dehors, à l’ombre, sous les branches des arbres qui filtrent les rayons n’a jamais fait de mal à personne.

On diabolise beaucoup le soleil, il faut savoir raison garder. Le problème c’est que l’on ne voit pas les immédiatement les dégâts occasionnés par les filtres solaires chimiques tandis que l’on voit très vite les dégâts occasionnés par le soleil.

Bref, pour celles qui veulent se protéger du soleil :

  • les filtres minéraux de préférence / respectueux de l’environnement
  • ou un chapeau, écharpe, manches longues et légères
Prendre soin de sa peau

Le peeling, le roi de l’anti-âge

Extrait de « La Beauté dans la peau » – Dr Max Santoul

« Ils représentent ce qu’il y a de plus abouti dans les gestes peu ou pas invasifs pour obtenir un rajeunissement cutané indéniable. Leur mécanisme procède par relance de l’activité cellulaire et entraînement à renforcer les défenses naturelles. Les meilleurs agissent par répétition et sur le long terme.

La plupart des peelings efficaces procèdent par coagulation des protéines qui sollicite une rénovation réparatrice. S’y ajoute une synthèse de collagène, d’acide hyaluronique et des constituants de la matrice intercellulaire de structure (protéoglycanes). C’est de cette régénération que l’effet rajeunissant découle. Il s’agit bien d’une nouvelle peau qui va naître.

Ils sont dits superficiels, moyens ou profonds selon qu’ils se limitent à l’épiderme granuleux, plongent à peine dans les crêtes épidermiques ou entament le derme papillaire. Au-delà, les cellules basales disparaissent et le peeling devient équivalent à une plaie qui ne peut plus cicatriser de façon élégante. A ce stade on se rapproche d’une brûlure mais il ne faut pas les confondre : alors que la brûle détruit les protéines vivantes des premières couches cutanées, les peelings s’attaquent aux protéines kératinisées de la couche épidermique. La brûlure entraîne une plasmorragie (écoulement de lymphe) alors que le peeling reste sec. S’ensuit une conséquence de taille : quand la brûlure provoque des croûtes (dont la chute peut laisser des cicatrices), le peeling entraîne des squames (qui se détachent sans la moindre trace).

Quel peeling faire ? Le mieux est de s’en remettre à la technique de l’intervenant. Souvent il y aura des formes et des associations combinées, le tout étant de renouveler le capital cellulaire pour lui donner des capacités « d’oubli » du stress oxydatif et augmenter les pouvoirs plastiques du derme par synthèse nouvelle de sa substance fondamentale et de son maillage fibrillaire.

Après de nombreuses années d’observation et d’utilisation, force est de constater qu’un peeling adapté est le roi des gestes de la quête cosmétique. »

Prendre soin de sa peau

L’eau du robinet fragilise votre peau et vos cheveux, pourquoi ?

Vous êtes nombreuses à nous dire : je ne peux pas me passer d’eau pour me sentir propre. Et pourtant vous ne lui rendez pas service. Si votre peau démange et tiraille ensuite dans la journée, c’est en partie à cause de l’eau !

Le chlore présent dans l’eau du robinet

Le chlore ajouté dans l’eau pour la traiter et dont l’action nocive est amplifiée par la présence de calcaire.

Notre eau de consommation (et donc de douche) est largement chlorée pour éviter le risque de prolifération bactérienne. Or le chlore est un agent biocide toxique dont les effets secondaires sont nombreux.

Pour les comprendre, il faut savoir que l’effet bactéricide du chlore est lié à son caractère oxydant. Cela signifie que lorsque l’on introduit une substance oxydante dans l’eau, celle-ci aura tendance à capter les électrons disponibles dans cette substance. On constate facilement ce phénomène avec du métal mais c’est la même chose avec un organisme vivant et notamment avec la peau.

Les effets du chlore sur la peau et les cheveux

Le chlore va ainsi agir sur en détruisant les protéines de la peau et des cheveux. Son rôle de barrière n’étant plus assuré, elle devient alors perméable, fragilisée, donc facilement irritée, s’assèche, etc. 
Les irritations et démangeaisons peuvent à la longue se transformer en eczémas et s’installer pour longtemps.

Outre cette action oxydante, le chlore détruit les bactéries présentes à la surface de la peau. Or ces bactéries participent de l’équilibre de la flore microbienne de surface et jouent un rôle important pour la santé de la peau. Lorsqu’elles disparaissent ou diminuent, la peau est moins protégée. Par ailleurs, sous l’eau chaude, les pores se dilatent et absorbent davantage les substances toxiques.

Les solutions pour réduire l’exposition au chlore au quotidien

  • L’une des premières solutions est d’ajouter un filtre à chlore et calcaire sur sa douche. Il en existe de nombreux sur le marché.
  • Ne pas prendre de douches ou de bains trop chauds et prolongés.
  • Utiliser du vinaigre en rinçage qui va neutraliser le calcaire.
  • Alterner douches et frictions au gant de crin (il fait la peau très douce).

En revanche si vous partez en vacances et que vous sentez que l’eau y est douce, exempte de calcaire et de chlore, profitez-en ! d’ailleurs vous n’avez pas constaté que votre peau est souvent plus belle et plus douce quand l’eau du lieu de vacances est douce et peu traitée ?